Conseils aux voyageurs - Pharmacie Fontaine Yenne
18079
page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,page,page-id-18079,page-child,parent-pageid-18065,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-13.5,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.5,vc_responsive

Conseils aux voyageurs

CONSEILS AUX VOYAGEURS

Vous partez en voyage pour une destination lointaine, il est important de consulter votre médecin traitant ou le centre de conseils aux voyageurs le plus proche.

L’hôpital de Chambéry possède un espace de santé publique dédié ainsi qu’un centre de vaccinations internationales.

Cet espace est ouvert du lundi au vendredi de 9h à 17h mais il faut prendre rendez-vous au 04 79 96 51 31.

Il est nécessaire de vérifier très tôt la validité de vos vaccins avant de partir ainsi que de se renseigner si certains vaccins sont indispensables pour le pays envisagé (Fièvre jaune, hépatite A, encéphalite, …). Il faut également contrôler si votre état de santé (grossesse, diabète, hypertension, …) est compatible avec le voyage et quels seront les mesures à appliquer lors de votre séjour.

Conseils généraux

Quelle que soit la destination et dès le voyage en avion, il est important de bien s’hydrater. L’air conditionnée et pressurisée des longs courriers peut irriter très rapidement les voies aériennes ainsi que les yeux (ATTENTION PARTICULIERE pour les porteurs de lentilles de contact).

Dans l’avion, manger léger et prendre garde à la cuisine « exotique » de certaines compagnies (épices, …). Penser à vous lever et à marcher toutes les 1 à 2 heures. Il est aussi vivement conseiller de porter des chaussettes ou des bas de contention et de ne pas garder ses chaussures trop serrées.

Concernant le décalage horaire, se mettre immédiatement au rythme de la vie locale et résister à l’envie de dormir si vous arrivez le matin par exemple.

Nous vous conseillons également de vous inscrire sur le portail ARIANE du ministère des affaires étrangères ( https://pastel.diplomatie.gouv.fr/fildariane/dyn/protected/accueil/formAccueil.html ) afin de faciliter votre prise en charge en cas de problème mais également de connaître les dernières recommandations concernant le ou les pays visités (épidémies, émeutes, catastrophes naturelles, …). Vous trouverez également sur le site tous les numéros nécessaires (ambassade, consulat, médecins, …).

Penser à vérifier vos contrats d’assurance pour connaître votre couverture en cas de rapatriement (noter le numéro d’appel international de la compagnie et votre numéro de contrat).

Si vous prenez régulièrement un traitement, il est indispensable de vous munir de vos ordonnances qui pourront vous être demandées au passage de la douane. Il faudra également emporter le bon nombre de comprimés. Pour les médicaments se conservant au froid (Insuline, …), vous pouvez demander à la pharmacie des petites glacières pour le transport ainsi que des boites pour transporter votre traitement.

Nous vous conseillons de transporter vos médicaments en cabine afin de ne pas être en rupture si vos bagages étaient égarés.

Hygiène corporelle

Le lavage des mains est le point essentiel au bon déroulement d’un voyage. Il faut se laver les mains avant chaque repas, après chaque passage aux toilettes et le plus souvent possible. Le plus simple est d’utiliser votre propre savon (de Marseille par exemple) ou éventuellement un gel hydro-alcoolique (mais qui a tendance à sécher la peau).

Une bonne hygiène corporelle est également recommandée (douche quotidienne au savon).

Avec une forte humidité ou chaleur, la moindre plaie a tendance à flamber, il faut donc procéder à une désinfection immédiate (il existe des lingettes à usage unique que l’on peut conserver dans son sac).

Eviter de marcher pieds nus

Avant votre départ, un petit passage chez le dentiste est indispensable afin de vérifier l’absence de risques infectieux lors de votre séjour.

Les conditions

  • Se munir de vêtements adaptés :
    1. Chauds et imperméables pour les séjours en altitude
    2. Amples, clairs, couvrants et légers pour les fortes chaleurs
  • Pour le soleil, porter un chapeau ou une casquette, des lunettes de soleil avec un bon indice UV et mettre de la crème solaire toutes les 2 heures (IP50 de préférence).
  • Pour les séjours en altitude, ne pas vouloir aller trop vite au-delà de 2500m mais bien respecter les marches d’acclimatation qui peuvent paraître fastidieuses (moins de 400m de dénivelé par jour).

La plage

  • Sous les tropiques, il ne faut pas s’allonger directement sur le sable (risque de pénétration de parasites, …)
  • Se méfier des baignades en eau douce et de toutes les eaux stagnantes où les risques de contamination sont extrêmement élevées.
  • Surveiller en permanence les enfants, les plages n’étant généralement pas surveillées par des sauveteurs.

Les animaux

  • Eviter au maximum le contact avec les animaux (Chat, chien, chauve-souris, vaches, moutons, volailles, singes, …). Le chien en particulier qui peut être porteur de la rage. Toute morsure, griffure, léchage des muqueuses ou d’une peau lésée doit faire l’objet d’une consultation (ATTENTION PARTICULIERE pour les jeunes enfants attirés par les animaux).
  • La rage est une maladie due à un virus contre lequel il existe un vaccin. Bien se renseigner sur le ou les pays visités.

Hygiène alimentaire

  • Lors de l’ingestion de boissons ou d’aliments, il est possible de se faire contaminer et de contracter diverses maladies (turista, poliomyélite, choléra, fièvre typhoïde, hépatite A, amibiase, …).
  • Dans 98% des cas de turista, les voyageurs n’ont pas suivi le conseil suivant : « un aliment, il faut le faire bouillir, le cuire, l’éplucher, ou l’oublier ».
  • Pour les boissons, il ne faut consommer que ceux dont vous êtes sûrs :
    • Bouteille, briquette, canette hermétique que vous aurez ouverte vous-mêmes
    • Pour une purification simple d’une eau limpide, vous pouvez utiliser des comprimés de décontamination comme l’AQUATABS ou le MICROPUR. Attention il est nécessaire de respecter un temps de contact avant toute consommation.
    • Pour des eaux plus douteuses ou stagnantes, un filtre type KATADYN est indispensable
    • Si c’est possible, penser à faire bouillir l’eau plusieurs minutes et à consommer rapidement.
    • Eviter au maximum les glaçons
    • Faire bouillir le lait et éviter les fromages au lait cru
  • Pour les aliments, manger des plats cuits et encore chauds
  • Pour les fruits et légumes crus, à consommer après les avoir pelés ou épluchés.
  • Les glaces doivent être proscrites
  • Bien se laver les mains avant chaque repas, à l’eau et au savon de préférence ou éventuellement au gel hydro-alcoolique (1 minute au minimum).
  • Pour les enfants nourris au sein, les précautions concernent surtout la mère allaitante mais on veillera à les empêcher de porter des objets à la bouche.

En cas de diarrhée

coca

Il est donc possible en fin de grossesse (34ème semaine) d’exprimer manuellement du colostrum :

  • Le lavage des mains après chaque passage aux toilettes est vital
  • La diarrhée entrainant une déshydratation, il faut se réhydrater le plus souvent possible par des boissons en bouteille (coca, jus de fruits, …) ou bouillies (thés, …).
  • Des sachets de solution de réhydratation existent (FANOLYTE, ADIARIL, …) à diluer dans 200ml d’eau bouillie peuvent faire partie de votre pharmacie notamment si vous partez avec des enfants.
  • Pour diminuer les pertes en eau, un anti-sécrétoire (TIORFAN) est conseillé. Par contre l’IMODIUM n’est à utiliser qu’un cas de nécessité (transport en commun, …).
  • Si la diarrhée dure plus de 48h, si elle contient des glaires ou du sang ou si elle est accompagnée de fièvre, une consultation médicale est indispensable.

Femmes enceintes

En cours de grossesse, il est préférable de déconseiller les voyages en zone tropicale pour plusieurs raisons :

  • Gravité du paludisme (en particulier pour les pays du groupe 3), majorée par l’état de grossesse (retentissement maternel et fœtal)
  • Risques d’autres infections (fièvre jaune, dengue, chikungunya, parasitoses …)

Conditions sanitaires :
Si le voyage ne peut être différé, ou si la patiente vit en zone tropicale, toutes les mesures prophylactiques nécessaires doivent être prises.

Chimioprophylaxie antipaludique chez la femme enceinte

  • En cours de grossesse, il est préférable de déconseiller les voyages en zone tropicale pour plusieurs raisons :
    • Gravité du paludisme (en particulier pour les pays du groupe 3), majorée par l’état de grossesse (retentissement maternel et fœtal)
    • Risques d’autres infections (fièvre jaune, dengue, chikungunya, parasitoses …)
    • Conditions sanitaires
  • Si le voyage ne peut être différé, ou si la patiente vit en zone tropicale, toutes les mesures prophylactiques nécessaires doivent être prises.
    • En cas de séjour en zone d’endémie palustre, la prophylaxie du paludisme est nécessaire quel que soit le terme de la grossesse et doit être efficace.
    • Elle doit associer une protection contre les piqures de moustiques et une chimiprophylaxie adaptée au lieu du séjour.
    • Chimioprophylaxie antipaludique :
      • Pays du groupe 1 :
        La chloroquine (Nivaquine®) peut être utilisée quel que soit le terme de la grossesse.
      • Pays du groupe 2 :
        La Savarine® (association de chloroquine et de proguanil) et laMalarone® (association d’atovaquone et de proguanil) peuvent être utilisées quel que soit le terme de la grossesse.
      • Pays du groupe 3 : La méfloquine (Lariam®) peut être utilisée quel que soit le terme de la grossesse.
        L’association atovaquone + proguanil (Malarone®) peut être utilisée quel que soit le terme de la grossesse.
        L’utilisation de la doxycycline (Doxypalu®) est possible au 1er trimestre de grossesse seulement.

Protection contre les moustiques et les tiques chez la femme enceinte

Répulsifs

Les répulsifs cités ci-dessous peuvent être utilisés chez la femme enceinte :

L’efficacité, la durée d’action et la sécurité d’usage des répulsifs dépendent notamment de leur concentration.

Il est important de respecter les recommandations d’utilisation du fabricant en ce qui concerne la fréquence des applications.

Les répulsifs ne doivent pas être appliqués sur les muqueuses ou les lésions cutanées étendues.

Anti-diarrhéiques chez la femme enceinte

En cas de diarrhée aiguë sans signe de gravité Le LOPERAMIDE pourra être utilisé de façon ponctuelle à posologie efficace. On pourra également avoir recours aux argiles type Smecta® ou Actapulgite®. L’utilité des antiseptiques intestinaux n’est pas démontrée dans les diarrhées aiguës sans signe de gravité.

Produits de désinfection de l’eau utilisables chez la femme enceinte

Préférer les boissons en bouteilles capsulées, l’eau bouillie ou filtrée puis désinfectée avec du dichloro-isocyanate de sodium (Aquatabs®).

Les glaçons sont à proscrire.

Les vaccinations

La vaccination est l’obtention d’une immunité contre une maladie. Elle consiste en une injection dans le muscle ou sous la peau d’une substance active (antigène) destinée à stimuler les défenses naturelles de l’organisme. Il faut environ une dizaine de jours pour obtenir une réponse immunitaire (production d’anticorps). Pour toute la famille et quelle que soit la destination, il faut vérifier que les vaccinations soient à jour (vaccinations de base : diphtérie, tétanos, polio, rougeole, hépatite B).

  • La fievre jaune

Le virus amaril, responsable de la fièvre jaune, s’exprime sous forme d’une fièvre accompagnée d’une défaillance des reins et du foie. Ce virus est transmis par un moustique du genre Aedes. La zone d’endémie est la région intertropicale d’Afrique et d’Amérique du sud. Les contre-indications à la vaccination sont la grossesse, un déficit immunitaire et l’allergie aux œufs. Le vaccin est constitué d’un virus vivant atténué (Stamaril*). Ce vaccin est obligatoire pour l’entrée dans certains pays (Règlement Intérieur International). Il ne peut être administré que dans un centre de vaccination international agrée par les autorités de santé. Il vous sera ensuite remis un certificat international de vaccination valable 10 ans.

  • Méningite à méningocoque A C Y et W135

Le méningocoque est une bactérie que l’homme peut porter dans la gorge de façon asymptomatique pendant plusieurs mois. Ce germe peut donner une méningite gravissime. Il est transmis entre les humains par le biais de gouttelettes de salive (paroles , éternuements, toux…) La vaccination contre le sérotype W135 est obligatoire pour l’Arabie Saoudite et fortement conseillée pour quelques pays d’Afrique. Elle consiste en une injection de Ménomune* qui protége 10 jours après et pour 3ans. Elle se fait uniquement en centre de vaccination international et est soumis au règlement de santé international.

  • L’encéphalite japonaise

C’est un virus responsable d’une encéphalite :infection du cerveau avec troubles de la conscience pouvant aller jusqu’au coma avec risques de graves séquelles neurologiques. Il est transmis par un moustique du genre Culex. La zone d’endémie est l’Asie du Sud et de l’Est. La vaccination n’est pas soumise au règlement international mais disponible uniquement en centre agrée. Elle est recommandée pour des séjours longs (1 mois ou plus) en zone rurale et pendant la saison des pluies. Le vaccin JE-Vax* se fait en 3 injections. Un rappel est nécessaire 2 ans après si le risque persiste. Ce vaccin fait l’objet d’une demande spéciale. Prévoir un délai de deux à trois semaines.

  • Diphtérie, Tétanos, Polio, Coqueluche, Haemophilus, Rougeole, Oreillons, Rubéole

Ces vaccinations se font dès l’enfance. Vérifier qu’elles soient à jour. Pour l’adulte le rappel du DTP se fait tous les 10 ans. Les adultes au contact de jeunes enfants doivent être à jour de la coqueluche. Néanmoins pour la rougeole (séjour en Afrique ou en Asie), on pourra débuter par une vaccination simple (ROUVAX°) dès l’âge de 6 mois suivi de 2 doses du vaccin trivalent (MMR Vax Pro° ou PRIORIX°) conformément au schéma habituel.

  • Hépatite B

C’est un virus qui donne une hépatite aigüe ou chronique avec risque de développer une cirrhose voir un cancer du foie. La transmission se fait par voie sexuelle ou sanguine Les vaccins Engerix B20* et Genhevac* se font en 3 injections : les deux premières à un mois d’intervalle la troisième six mois plus tard.

  • Hépatite A

C’est un virus extrêmement répandu dans le monde. Il donne une hépatite aigüe : infection du foie avec fièvre, fatigue, ictère. La transmission est oro-fécale (ingestion d’aliments souillés ou de boissons contaminées, mains contaminées portées à la bouche). La vaccination Havrix 720* chez l’enfant ou Havrix 1440* chez l’adulte, consiste en une injection qui procure une immunité pour un an. Un rappel 6 à 12 mois après la première injection offre une protection de 10 ans et plus.

  • Fièvre Typhoïde

Bactérie de la famille des salmonelles donnant une forte fièvre et des diarrhées importantes. Le risque majeur est le déshydratation qui peut conduire au décès en moins de 24 heures. La transmission est interhumaine et oro-fécale. La vaccination Typhim* protège pour 3 ans. Il existe un vaccin combinant hépatite A et Typhoïde Tyavax*

  • Le choléra

Il est dû à une bactérie dont la transmission est interhumaine et oro-fécale. Il est souvent lié à un manque d’hygiène. Il se manifeste par de la diarrhée et des vomissements pouvant entraîner une déshydratation majeure et un décès. La vaccination est recommandée pour les personnels partant faire de l’humanitaire dans des conditions précaires et des zones d’endémies. Le vaccin Dukoral* est un vaccin buvable.

  • Méningoencéphalite à tiques

C’est un virus transmis par une tique entraînant une méningite du type de l’encéphalite japonaise. La zone d’endémie est l’Europe centrale et orientale (de l’Allemagne à l’est sibérien) lors d’activités en forêts (VTT, cyclo-tourisme, camping, randonnée). Le vaccin Tycovac* consiste en 3 injections. Les deux premières à un mois d’intervalle et la troisième 9 à 12 mois après. Rappel tous les 3 ans.

  • La rage

C’est un virus transmis à l’homme par la morsure ou le léchage d’une peau lésée par un animal porteur du virus. Ce virus atteint le cerveau par les nerfs pour donner une encéphalite toujours mortelle. La vaccination est recommandée lors de voyages aventureux. Le vaccin rabique nécessite 3 injections. L’injection initiale suivie d’une autre une semaine plus tard et la dernière 28 jours après la première. Rappel tous les 5 ans.

  • La Tuberculose

Comme la vaccination obligatoire par le BCG a été suspendue en France, il est vivement recommandé les enfants à risque pour des séjours supérieurs à 1 mois où la maladie est présente.

Le Paludisme (Malaria)

C’est une maladie infectieuse potentiellement mortelle provoquée par des parasites du genre Plasmodium. Il est transmis à l’homme par la piqûre du moustique Anophèle infecté. Les signes du paludisme sont l’apparition d’une fièvre 8 à 30 jours après l’infection accompagnée ou non de maux de tête, douleurs musculaires, affaiblissement, vomissements diarrhée et toux. La zone d’endémie est l’Afrique sud saharienne, l’Amérique centrale et du Sud, l’Asie et l’Océanie. Aucune protection n’est efficace à 100%. L’application de répulsifs est donc aussi importante que le traitement préventif oral.

  • Le traitement oral

Les anti-paludéens sont délivrés sur ordonnance et non remboursés par la sécurité sociale. Le choix du traitement tient compte du lieu du voyage, de l’état de santé du voyageur, de ses traitements en cours, de la durée du voyage , de la saison et de l’altitude (au-delà de 1500m il n’y a plus de moustiques ). Le traitement est à commencer pour certains 10 jours avant le départ et poursuivi trois semaines après le retour. Il se prend pendant les repas et la prise d’alcool est déconseillée..

Prévention

Les moustiques peuvent transmettre non seulement le paludisme mais aussi la fièvre jaune, le chikungunya, la dengue. Les moustiques anophèles piquent la nuit : du coucher du soleil au lever du jour.

  • Pour se protéger il faut dormir sous une moustiquaire. Son imprégnation par des pyréthrynoides (perméthrine ,deltamethrinne …… ) permet d’optimiser la protection en obtenant une barrière répulsive. On peut imprégner la moustiquaire soit par trempage (Insect Ecran trempage tissu par exemple) pour une efficacité entre trois et six mois ou s’en procurer une déjà imprégnée pour une durée d’efficacité entre trois et cinq ans.
  • Eloigner les moustiques par tout système : tortillonfumigène, diffuseur électrique ou à plaquettes .Attention l’huile essentielle de citronnelle est à déconseiller car elle n’a pas une activité suffisante sur l’anophèle.
  • Porter des vêtements longs, couvrants, clairs et resserrés aux extrémités et ne pas marcher pieds nus. Il est par ailleurs important d’imprégner les vêtements de répulsif car les moustiques peuvent même piquer à travers(INSECT ECRAN VETEMENTS).
  • Utiliser un répulsif cutané INSECT ECRAN TROPIC , CINQ SUR CINQ TROPIC qui assure une protection durant 8 heures. Eviter les parfums : les moustiques sont attirés par les odeurs fortes et sucrées.
  • La climatisation réduit l’agressivité des moustiques.

 

La trousse à pharmacie

Si vous prenez un traitement tous les jours, veuillez emporter le stock nécessaire ainsi que vos ordonnances. Nous pouvons vous donner des boites rigides pour faciliter la conservation ainsi que des pochettes ou glaciaires pour conserver vos médicaments à l’abri de la chaleur.

La pharmacie de voyage :
Elle sera à moduler en fonction de votre destination et nous vous conseillons d’aller voir votre médecin, certains médicaments étant soumis à prescription médicale :

pansement

Médicament par voie orale :

  • Antalgiques/antipyrétiques : Paracetamol DCI +/- Codeine DCI
  • Anti-inflammatoires : l’Ibuprofène DCI
  • Anstispamodiques : le Phloroglucinol DCI
  • Antiémétiques : Domperidone DC
  • Antisécrétoires : TIORFAN°
  • Pansements gastriques et/ou antiacides : MAALOX°, Omeprazole DCI
  • Solution pour réhydratation orale : ADIARIL°
  • Ralentisseurs du transit : Loperamide DCI
  • Anti-allergiques : Cetirizine DCI
  • Corticoïdes : Prednisolone DCI
  • Antibiotiques (à voir avec le médecin)
  • Somnifères : DONORMYL°, STILNOX°
  • Désinfection de l’eau : AQUATABS°, MICROPUR FORTE°

Médicament par voie locale :

  • Pommade anti-allergique : ONCTOSE°
  • Pommade contre les brûlures : BIAFINE°
  • Gel hydro-alcoolique
  • Pommade anti-inflammatoire : VOLTARENE°
  • Collyre antiseptique (ATTENTION pour les porteurs de lentilles de contact)
  • Solution antiseptique : BETADINE°, DAKIN°

Nécessaires pour les plaies :

  • Pansements prédécoupés
  • Tulle gras
  • Bande cohésive type ELASTOPLAST°
  • Bande de gaze
  • Compresses
  • Petites ciseaux
  • Deux paires de gants latex
  • Sparadrap
  • Eventuellement un thermomètre