Contention veineuse - Pharmacie Fontaine Yenne
18073
page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,page,page-id-18073,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-13.5,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.5,vc_responsive

Contention veineuse

L’INSUFFISANCE VEINEUSE

La maladie veineuse a pour origine une dégradation de la paroi veineuse et une détérioration des valvules anti reflux, qui provoquent une augmentation de la pression veineuse. La veine se dilate et un reflux s’installe. Le sang stagne dans la veine et la déforme provoquant l’apparition de varices.

Ces affections veineuses des membres inférieurs sont évolutives.

Le traitement repose sur la contention élastique (chaussettes, bas ou collant de contention), les médicaments allopathiques ou homéopathiques (douleur, oedème), la sclérothérapie (injection d’un produit capable d’améliorer le tonus de la paroi veineuse) et enfin la chirurgie.

Sans traitement, elles peuvent engendrer des complications graves (phlébite, embolie pulmonaire, ulcères variqueux, hémorragies).

1) QUELS SONT LES SIGNES D’ALERTE ?

  • jambes lourdes, douloureuses
  • œdème du pied et ou de la cheville surtout le soir
  • crampes, fourmillements
  • Prurit
  • Varicosité : aspect de filaments rouges
  • Varice : veine dilatée et tortueuse

2) LES COMPLICATIONS

  • La thrombose veineuse superficielle causée par un caillot de sang (thrombus) qui se forme dans une veine superficielle. La zone devient rouge, chaude et dure, douloureuse au toucher. Le risque d’embolie est limité.
  • La thrombose veineuse profonde ou phlébite causée par un caillot de sang dans une veine profonde. Il peut soit adhérer à la paroi veineuse soit flotter à l’intérieur de la veine. Les symptômes sont : douleur aigüe, durcissement et gonflement douloureux de la zone concernée. La douleur peut gêner la marche et on observe aussi une sensation de chaleur. Le risque majeur de cette thrombose est la migration de tout ou partie du thrombus jusqu’au poumon, provoquant une embolie pulmonaire.
  • Eczéma variqueux : des plaques rouges qui s’écaillent et démangent au niveau des varices.
  • Ulcère variqueux : à la suite d’un choc ou sans raison apparente une varice non traitée peut devenir une plaie ouverte dont la cicatrisation est longue et difficile à obtenir.

3) LES FACTEURS DE RISQUE

  • Le sexe : les femmes sont plus touchées que les hommes
  • L’hérédité
  • L’âge : il augmente le risque
  • La station debout ou assise prolongée, le piétinement (vendeurs, serveurs…)
  • Le port de charges lourdes (ouvriers)
  • Le poids
  • La sédentarité
  • Les sports à risque :
    • – ceux qui ébranlent la colonne veineuse (tennis, squash)
    • – ceux qui provoquent des hyperpressions (haltérophilie, l’aviron)
    • – ceux qui bloquent les articulations (ski alpin, équitation, patinage)
    • – ceux qui entraînent des traumatismes (rugby, judo)

 

Les sports favorables au plan veineux sont la marche, la natation, le vélo, le golf et le ski de fond.

  • La grossesse
  • La contraception : la pilule contraceptive est contre-indiquée en cas d’antécédent de thrombose veineuse.
  • La ménopause : on constate l’apparition de gonflement des chevilles et des jambes, ainsi que des varicosités dues à la baisse des sécrétions hormonales.
  • La chaleur : exposition solaire prolongée
  • Le tabac
  • Les longs voyages de plus de 4h peuvent faire apparaître des problèmes veineux.

4) VARICES ET GROSSESSE

Elles sont fréquentes dues, d’une part à l’augmentation des hormones pendant la grossesse entrainant une veino – dilatation importante et d’autre part dues au poids du bébé entrainant une compression de la veine cave inférieure. ( il est recommandé de se coucher du côté gauche pour diminuer cette compression)

L’ HAS ( la Haute autorité de santé) recommande de porter une contention veineuse en prévention pendant toute la durée de la grossesse et encore 6 semaines après l’accouchement. (6 mois après une césarienne)

5) COMPRESSION VEINEUSE

Par l’application d’un textile élastique sur la jambe, la compression médicale stimule le retour veineux, prévient la stagnation du sang et lutte contre la détérioration veineuse.

L’effet mécanique est très simple : grâce à la densité des fils élastiques tricotés, le bas exerce une pression dégressive de la cheville vers la cuisse. L’effet est rapide avec un soulagement des douleurs et des sensations de lourdeurs (dès 15 jours de port régulier).

La compression médicale existe sous plusieurs formes :

  • bandes
  • chaussettes
  • bas
  • collants

Les bandes sont utilisées pour une courte durée et doivent être posées par un personnel entraîné. Les bas, chaussettes, collants sont mieux adaptés à une utilisation au long cours.

Il n’y a pas de différence d’efficacité démontrée entre bas cuisse et chaussettes. Il existe 4 classes de compression :

  • Classe I : entre 10 et 15 mm de Hg
  • Classe II : entre 15.1 et 20 mm de Hg
  • Classe III : entre 20.1 et 36 mm de Hg
  • Classe IV : plus de 36 mm de Hg

C’est au médecin de déterminer la classe qui convient selon la pathologie et au pharmacien de prendre les mesures pour déterminer la taille. La classe la plus utilisée est la classe II.

La prise de mesure doit se faire le matin, lorsque les chevilles ne sont pas gonflées.

Il existe différents types de fibres élastiques :

  • coton
  • microfibre
  • fil d’écosse
  • élasthanne
  • soie
  • viscose de bambou

Certains modèles se font pied ouvert.

6) LE PORT DE BAS DE CONTENTION

C’est un médicament à part entière. Les bas doivent se porter tous les jours dès le matin au réveil et doivent être quittés le soir au coucher. A savoir : un bas porté pendant 8 h d’affilée garde son efficacité pendant 4 h même après son retrait. Ils doivent être lavés tous les jours à 30° maximum et séchés à plat. Ne pas mettre de crème hydratante sur les jambes avant l’enfilage du bas sinon celui-ci risque de ne pas tenir. Ils doivent être renouvelés régulièrement, environ tous les 3 mois ( l’efficacité est garantie 4 mois). Sachez que la sécurité sociale rembourse deux tiers environ de la contention si vous la faite prescrire par votre médecin.

Conseils d’enfilage

Un bas de contention ne s’enfile pas comme un bas classique. La technique d’enfilage est simple.

  • Étape 1 : Retourner le bas jusqu’à hauteur du talon
  • Étape 2 : Introduire le pied dans le bas
  • Étape 3 : Dérouler progressivement le bas sur la jambe

Il existe des enfile-bas pour les personnes ayant des difficultés. Ne pas oublier d’enlever les bagues et faire attention aux ongles longs qui pourraient filer le bas.

Si la classe III est trop difficile pour l’enfilage, elle peut être remplacée par la superposition d’une classe I et d’une classe II.

En cas d’allergie à l’autofixant du bas : préférer des chaussettes, des bas avec porte-jarretelles, ou des bas avec une bande hypoallergénique. En cas d’allergie de contact, on peut utiliser une crème isolante type Bariéderm (laboratoire Uriage).

Si l’autofixant ne tient pas suffisamment, il existe une colle spéciale hypoallergénique : colle Satien.

7) TRAITEMENT DE L’INSUFFISANCE VEINEUSE

La contention reste avant tout le traitement le plus efficace.

Celui-ci peut être complété par :

  • Des veinotoniques : ils augmentent la résistance capillaire tout en diminuant leur perméabilité. Ils renforcent le drainage lymphatique et permettent d’améliorer le tonus des veines et de lutter contre les oedèmes.Daflon, Ginkor Fort, Bi Cirkan, Endotélon… à prendre par voie orale en cure de trois mois consécutifs.
  • Un traitement local : crème, gel, spray à appliquer en massage sur les jambes toujours de la cheville vers la cuisse.Ginkor spray fraicheur, Hirucrème, Jouvence de l’Abbe SouryDouche froide en remontant de la cheville vers la cuisse.
  • En phytothérapie : compléments alimentaires à base de plantes à visée circulatoire.

Vigne rouge, Marronnier d’Inde, Hamamélis…

Complexe Circuladose (laboratoire SID) en traitement d’attaque à raison de deux unidoses par jour pendant 15 jours puis Activ Circulation en traitement de fond à raison d’un par jour.

En homéopathie :

  • – Hamamélis composé : 5 granules 4 fois par jour ou
  • – Aesculus Hippocastanum 5CH :5 granules 4 fois par jour
  • – Vipera Redi 5CH : 5 granules 4 fois par jour
  • – Arnica 5 CH : 5 granules 4 fois par jour
  • En aromathérapie : Les huiles essentielles actives sur la circulation ont une action locale et générale.

Contre indiquées chez l’enfant de moins de 12 ans, pendant la grossesse et l’allaitement.

Ne pas s’exposer au soleil dans les 3 heures qui suivent leur application, ni sur une peau lésée.

Oléocaps jambes légères (laboratoire Pranarom) : 2 capsules le matin avec un grand verre d’eau.

Localement : à toujours dilué dans une huile végétale.

  • Menthe poivrée
  • Ciste
  • Immortelle
  • Niaouli

Puressentiel Spray circulation prêt à l’emploi : en vaporisation suivi d’un massage du bas vers le haut sur les pieds, chevilles, jambes (même à travers un collant ou des bas).

Quelques conseils d’hygiène de vie peuvent suffire à soulager les symptômes.

  • Eviter les talons hauts, et les vêtements trop serrés
  • Veiller à un bon équilibre alimentaire, boire au moins un litre et demi d’eau par jour
  • Surélever les jambes au repos, ne jamais croiser les jambes
  • Privilégier la marche
  • Pratiquer un sport non traumatisant
  • Porter systématiquement une contention veineuse lors d’un voyage de plus de 4 heures, et en avion.